Menu Content/Inhalt
f'ar expositions
expositions
// 03.03-06.03.2017 //

 

DU CONCOURS A LA REALISATION

Exposition des projets lauréats HES
du vendredi 03 au dimanche 05 mars 2017

Jeudi 02 mars à 18h30
// Vernissage/débat/apéritif avec les bureaux TRIBU architecture et PONT 12 architectes

heures d'ouverture
ve : 12h-14h+16h-19h, sa./di. 11h-18h //
entrée libre

En bref
L'exposition est consacrée à l'affichage des projets lauréats HES 2016, avec comme thématique les bâtiments publics. Elle est également consacrée à l'affichage de réalisations des bureaux d'architecture suivants : TRIBU architecture - Lausanne, PONT 12 architectes - Lausanne, BUNQ architectes - Nyon, LACROIX CHESSEX - Genève, ACARCHITECTES - Fribourg, DEILLON DELLEY, Bulle.

L'exposition sera également présenté au PAVILLON SICLI à Genève le 16 mars et à la BLUEFACTORY à Fribourg le 30 mars.

// Exposition présentée par le GPA-SO

 
// 08.12-18.12.2016 //


L'enceinte en configuration maximale,
vu depuis le virage sud.
Image: © Translocal Architecture GmbH, Berne (projet lauréat)


En configuration maximale, pour Athletissima
par exemple
Image: © Translocal Architecture GmbH, Berne (projet lauréat)

TRANSFORMATION DU STADE DE PIERRE-DE-COUBERTIN VIDY LAUSANNE

Exposition des résultats du concours de projets d'architecture, d'ingénierie et de paysage
du jeudi 08 au dimanche 18 décembre 2016 (tous les jours)

Mercredi 07 décembre à 17h00
// Vernissage de l’exposition

heures d'ouverture
lu./ma./me./je./ve : 12h-14h+16h-19h, sa./di. 11h-18h //
entrée libre

En bref
La transformation du stade Pierre-de-Coubertin, grâce à l’amélioration de son infrastructure et l’augmentation de sa capacité d’accueil,  permettra d’accueillir à la fois des manifestations sportives et des événements internationaux tels qu’Athletissima. L’intérêt du concours porte sur l’intégration des contraintes programmatiques tout en limitant leur impact sur l’environnement et en garantissant une insertion paysagère du stade valorisant le site de Vidy.

Lien sur le site de la ville de Lausanne
Télécharger le rapport du jury

// Organisateurs du concours : PLAREL architectes et urbanistes associés & service d'architecture de la Ville de Lausanne
// Maître d'ouvrage : Ville de Lausanne

 
// 20.09-15.10.2016 //



EXPOSITION "HANNES MEYER ET LE CONCEPT DE DESIGN COLLECTIF"
du mardi 20 septembre au samedi 15 octobre

Une exposition de la Fondation Bauhaus Dessau présentée à Lausanne par la Fondation Culture du Bâti, en deux parties au Forum d'Architectures et à Archizoom. En coopération avec les Archives de la construction moderne (Acm) et la revue Tracés.


// Vernissage le mardi 20 septembre
// Archizoom à 17h30
// Pascal Broulis, Conseiller d'Etat du Canton de Vaud
// Marilyne Andersen, Doyenne de la Faculté ENAC, EPFL
// Claudia Perren, Directrice du Bauhaus Dessau

// Eligio Novello, Fondation Culture du Bâti
// Salvatore Aprea, Acm

// suite et apéritif au f'ar, à partir de 18h30

// Nuit des musées le samedi 24 septembre de 14h à minuit
// Visites guidées pour tout public et pour les enfants
// www.lanuitdesmusees.ch

// Conférences le lundi 26 septembre à 18h00 - Archizoom
// Raquel Franklin, co-curatrice de l'exposition, Mexico
// Amica Dall, architecte, Assemble, Londres
// conférences en anglais

// Conférence le lundi 10 octobre à 18h30 - Archizoom
// Christoph Mayer, architecte, raumlabor Berlin
// conférence en anglais

// Table ronde le vendredi 14 octobre à 17h30 - f'ar
// Fondation Culture du Bâti
// "Lausanne, le Canton de Vaud et la culture du bâti:

// Une tradition mêlant humanisme et modernisme, une inspiration pour l'avenir"
// Modération Matthieu Jaccard


Cette exposition est la première initiative de la nouvelle Fondation Culture du Bâti créée à Lausanne. Elle est présentée conjointement au Forum d’architectures et à Archizoom, en coopération avec les Archives de la construction moderne et la revue Tracés qui édite un numéro spécial à cette occasion.
En tant que deuxième directeur du Bauhaus, l’architecte suisse Hannes Meyer a toujours été éclipsé par les illustres personnalités, Walter Gropius et Ludwig Mies van der Rohe qui, avant lui et à sa suite, ont dirigé cette prestigieuse école. Historiquement, cela s’explique surtout par son fort engagement politique à gauche. Pour Meyer, l’art, le design et l’architecture n’étaient pas des disciplines indépendantes mais constituaient, en association avec les sciences, des composantes à part entière d’un projet de restructuration totale de la société, guidé par la devise : « Volksbedarf statt Luxusbedarf » (les besoins du peuple plutôt que les besoins du luxe). Leur refusant un quelconque statut élitiste, il les envisageait comme des instruments au service de la société.
L’exposition permet de comprendre comment la pratique architecturale de Hannes Meyer a évolué au cours des quelques années où, s’éloignant du mouvement coopératif socialiste, il s’enga- geait plus résolument sur la voie du marxisme à la faveur de ses contacts avec l’avant-garde des années 1920. L’exposition retrace sa trajectoire professionnelle selon quatre grands axes thématiques – « Société », « Enseignement », « Architecture » et « Paysage » – et évoque ses dif- férents domaines d’activité à travers quatre expositions parallèles : « Influences, ABC », « Hannes Meyer et l’avant-garde », « Politique et migration », et « Accueil et marginalisation ».
L’exposition met également en lumière, notamment au travers de documents tirés des Archives de la construction moderne de l’EPFL, deux chapitres importants de l’histoire du modernisme qui relient Hannes Meyer à la Suisse romande : le concours pour le palais de la Société des Nations à Genève, à l’occasion duquel il se fit remarquer en 1927, et le premier Congrès international de l’architecture moderne (CIAM) à La Sarraz, l’année suivante, auquel il participa activement.

 

Télécharger le flyer de l'exposition


 
// 03.03-28.03.2016 //



image - catalogue Ikea 2016, utilisée avec la permission de Inter IKEA Systems B.V.


EXPOSITION "LA NARRATION DU QUOTIDIEN"
du jeudi 03 mars au lundi de Pâques 28 mars

// Vernissage le jeudi 03 mars à 18h30
// avec Blaise Galland et Martinet & Texereau

// Discussion le jeudi 10 mars à 18h30
// avec Eric Lapierre et Luca Ortelli

// Conférences le samedi 19 mars dès 11h00 
// avec Jo Farb Hernandez (en), Roberta Trapani et Arduino Cantàfora

// 11h - Accueil - Roberta Trapani - Art brut et environnement construit
// 12h45 - Collation Mauro traiteur
// 13h45 - Jo Farb Hernandez - Art brut et environnement construit
// 15h - Arduino Cantafora - Architecture et représentation


heures d'ouverture étendues !
mercredi à vendredi de 12h-14h+16h-19h // samedi, dimanche et jours fériés 11h-18h //
page facebook de l'exposition

entrée libre

Jeudi 3 mars 2016, à 12h, l’exposition la narration du quotidien ouvre ses portes au forum d’architectures, au numéro 4 de l’avenue Villamont à Lausanne.

Des œuvres, une trentaine, sont prêtées par la Collection de l’Art Brut dans le cadre de sa deuxième biennale intitulée Architectures : des dessins de John Devlin, Diego, Jacqueline Fromenteau, Madge Gill, Patrick Gimel, ou encore Titov sont présentés dans un espace central, entouré d’alcôves. Dans celles-ci, des enfants ont construit des morceaux de villes et y racontent leurs histoires avec l’association Ville en Tête. Laurent Matthey, géographe, a rassemblé sur une table ses textes sur le quotidien. Dans un coin, on peut voir des espaces urbains communs, photographiés par Michael Blaser. Les dessins d’Eva le Roi racontent des projets d’architecture et d’urbanisme. Philipp Schaerer et le LAPIS y disposent les objets trouvés par des étudiants de l’EPFL.

C’est lors du vernissage, toujours le jeudi 3 mars, à 18h30, que le sociologue Blaise Galland présente les cartes mentales des étudiants de l’hepia. A la suite, Martinet & Texereau, ou Pauline et Zoé, parlent de leurs dessins qui font l’éloge de l’ordinaire. Au centre de la salle, des livres sont posés sur une table, à côté d’un canapé. La lampe éclaire le tapis d’une lumière douce.

Lors d’une discussion le jeudi 10 mars, à partir de 18h30, Eric Lapierre et Luca Ortelli parlent d’architecture, de quotidien, autour d’un verre. Le samedi 19 mars, à partir de 11h et jusqu’à 16h environ, se déroule une journée de conférences organisée avec la Collection de l’Art Brut, durant laquelle la directrice de SPACES Jo Farb Hernandez (en anglais), l’historienne de l’art Roberta Trapani et l’architecte et peintre Arduino Cantàfora prennent la parole.

Environ une semaine plus tard, l’exposition s’achève le lundi de Pâques à 18h, le 28 mars.

Lya Blanc & Oscar Gential, curateurs
avec Catherine Seiler & Vincent Osselin

Dans le cadre de cette exposition de printemps

Le f'ar remercie son partenaire : 
Collection de l'Art Brut Lausanne


Le f'ar remercie ses sponsors :
Abvent Archicad
Tekhne SA
Wohnshop projecto sa et Wilkahn

et

BIFF, bureau d'ingénieurs fenêtres et façades sa
INGPHI SA, ingénieurs en ouvrages d'art
Blanc & cie SA
Retraites Populaires




Télécharger :
- le dossier de presse de l'exposition
- l'affiche de l'exposition
- le flyer de l'exposition

 
// 27.01-14.02.2016 //


image ©
Philippe Samyn and Partners architects & engineers, Lead and Design partner

Exposition organisée en partenariat avec le Groupe de travail Développement Durable du SIPAL


EXPOSITION "MATIERE GRISE"
du mercredi 27 janvier au dimanche 7 février 2016

Prolongation exceptionnelle de l'exposition jusqu'au dimanche 14 février !

// Vernissage le mardi 26 janvier à 18h30
// Urbanités de la SIA le lundi 01 février à 18h30 
// "RE-USE : la métropole zéro-déchet est-elle un mythe ?"

heures d'ouverture
mercredi à vendredi de 16-19h // samedi et dimanche de 14-17h // fermé lundi et mardi
entrée libre

En bref

Consommer « plus de matière grise » pour consommer « moins de matières premières » est l’un des enjeux de cette manifestation qui convoque l’intelligence collective pour reconsidérer la matière de nos constructions. « Matière grise » interroge le matériau comme une stratégie. Partant du constat de la crise des matériaux et de l’ambition « Métropole Zéro Déchet », les architectes de l’agence Encore Heureux explorent la question du réemploi à un instant décisif où l’architecture aspire à se réinventer entre contraintes environnementales, économiques et nouveaux usages.

«Réemployer revient à considérer que les matières premières ne sont plus sous nos pieds ou à l’autre bout du monde mais dans nos villes, nos bâtiments, nos infrastructures. Cela revient aussi à considérer la matière présente non plus comme un déchet à évacuer le plus loin possible, mais comme un capital à valoriser et à préserver. Toute une chaîne de production et de savoir-faire doit donc être réinventée ou adaptée. L’exposition formule l’hypothèse que ce nouveau regard porté sur la matière génère et générera une nouvelle approche de l’architecture et de la construction. L’ingéniosité ne sera plus uniquement celle du dessin sur la page blanche mais la capacité et l’opportunité de faire avec ce qui est là. »

14 essais, 13 entretiens et 75 projets montrent le potentiel du réemploi et la possibilité d’une nouvelle vie pour des matériaux usés dans tous les lots du bâtiment... À Bruxelles, les briques de seconde main construisent les pavillons d’aujourd’hui ; dans le Massachusetts, les portiques d’un viaduc autoroutier structurent une villa ; à Saint-Denis, le bardage refusé pour un centre commercial enveloppe désormais la prestigieuse Académie nationale contemporaine des arts du cirque ; à Madrid, les tuiles d’hier cloisonnent et transforment un lieu culturel d’avant-garde ; à Bali, des centaines de fenêtres à claire-voie habillent un hôtel ; en Alabama, 72 000 dalles de moquette portent la maison de Lucy ; même le futur siège du Conseil européen à Bruxelles se pare d’une façade composée de 3 000 fenêtres récupérées… Le réemploi ouvre un immense catalogue de possibles : bétons préfabriqués, pilotis maritimes, traverses de chemin de fer, enrouleurs de câble, plaques de plâtre rejoignent les déchets du quotidien pour devenir fondation, parement, isolant acoustique, structure, façade, etc.

« Matière grise » pose l’acte de construire comme une actualité susceptible de faire évoluer l’architecture, replace l’architecte au centre du cycle de la matière et interpelle tous les métiers du bâtiment : ingénieurs, contrôleurs techniques, industriels, assureurs, entreprises de construction, maîtres d’ouvrage privés et publics.

Et si construire passait d’abord par le réemploi des matériaux qui existent en leur trouvant une seconde vie ?

Exposition créée par le pavillon de l’Arsenal de Paris et accueillie au f’ar grâce à un partenariat entre le f’ar et Groupe de Travail Développement durable (GTTD) du SIPaL (Service Immeubles, Patrimoine et Logistique) du canton de Vaud.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 12