Menu Content/Inhalt
f'ar espace permanent
L'espace permanent
// ouvert tous les samedis de 11h-18h + exceptionnellement les dimanches 19.02+26.02+05.03+12.03+19.03 !

 

L'espace permanent du f'ar est ouvert tous les samedis de 11h à 18h, indépendamment de la programmation des autres expositions et événements. On y trouve notamment une petite librairie spécialisée et des guides de balades urbaines.

Découvrez l'orthophoto & le plan de la ville de Lausanne en grand format (3,8x2m) !

Plan masse
© Service de la coordination et du cadastre de la commune de Lausanne

a


ART EN VILLE
Le guide de l'art dans l'espace public lausannois



Plans imprimés à disposition au f'ar

 
sa.//04,11.02 & sa.+di.//18-19.02+25-26.02+04-05.03+11-12.03+18-19.03 & sa.//25.03//11h-18h // INSTALLATION

 

installation à voir au f'ar

a

CLIN D'OEIL A GARO DEFLAGRATION

L'exposition "GARO DEFLAGRATION" a lieu du 27 janvier au 26 mars à l'Espace Arlaud à Lausanne.

Réunissant près d’une centaine d’oeuvres de Bernard Garo, cette exposition monumentale invite à un voyage au coeur de la matière de nos origines. Depuis plus de douze ans, l’artiste et plasticien suisse romand explore la poétique des éléments telluriques au fil de quatre villes – Alexandrie, Reykjavík, Lisbonne, Istanbul – victimes historiques d’importantes catastrophes naturelles, pour clore son odyssée au sommet du Cervin. Ses toiles expriment avec intensité la fragilité de nos civilisations face aux forces indomptables de la nature, tout en concentrant les tensions d’un monde à l’équilibre instable.

Le f'ar vous invite à aller voir cette exposition et vous en propose un avant-goût en présentant une toile de l'artiste Bernard Garo et une maquette de l'architecte Paulo David, co-auteur du livre "Garo Déflagration", ouvrage pluridisciplinaire richement illustré, avec les contributions d’historiens de l’art, philosophes, architectes, historiens, archéologues et géologues.

// 

Evénement le samedi 4 février, de 16h à 18h30 à l'Espace Arlaud

Conférences de trois des auteurs du livre Garo Déflagration :

Paulo David, architecte basé à Madère, lauréat de la médaille Alvar Aalto 2012, Michel Fuchs, professeur d’archéologie à l’Université de Lausanne et François Walter, professeur honoraire d’histoire à l’Université de Genève.

La conférence sera suivie par une visite commentée de l’exposition avec Vincent Mangeat, architecte et professeur à l’EPFL. Clôture et dédicaces autour d’une verrée.

//

Téléchargez le flyer de l'exposition.

 

Samedi 4 février, de 16h à 18h30 à l'Espace Arlaud

Conférences de trois des auteurs du livre Garo Déflagration:
Paulo David, architecte basé à Madère, lauréat de la médaille Alvar Aalto 2012, Michel Fuchs, professeur d’archéologie à l’Université de Lausanne et François Walter, professeur honoraire d’histoire à l’Université de Genève.

La conférence sera suivie par une visite commentée de l’exposition avec Vincent Mangeat, architecte et professeur à l’EPFL. Clôture et dédicaces autour d’une verrée.
 
sa.+di.//18-19.02+25-26.02+04-05.03+11-12.03+18-19.03//11h-18h // EXPOSITION

 


© objets risqués

Jeudi 16 février à 18h30, vernissage
Introduction à l’exposition "objets risqués" par Inès Lamunière, architecte, prof epfl, avec Léo Fabrizio, photographe

Jeudi 09 mars à 18h30
E
chelles et complexités pour le projet d’architecture par Fiona Pià, Mathieu Mercuriali et Marlène Leroux architectes, docteurs ès sciences epfl

Jeudi 16 mars à 18h30
S
ous la direction de Deborah Piccolo, architecte epfl : visite commentée par les auteurs des projets et débat

 



Objets Risqués. Le pari des infrastructures intégratives, Lausanne
Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2015

Directrice de la publication : Inès Lamunière
Responsables de la publication : Léo Biétry, Antoine Vialle
Forum d’architectures lausanne, Février 2017

Conception et réalisation
Inès Lamunière, Xavier Apotheker, Raphaël Dessimoz, Amélie Poncety

a

OBJETS RISQUES
Inès Lamunière.
Laboratoire d’Architecture et de Mobilité Urbaine (LAMU) EPFL

Le projet d’architecture est aujourd’hui réinterrogé selon l’un de ses modes descriptifs les plus importants : le type et ses règles constructives, programmatiques, dimensionnelles, spatiales et distributives. Le fait que la taille ne joue qu’un rôle secondaire permet, en procédant par analogie, d’appréhender le projet à des échelles très différentes. Pour les concepteurs, la complexification de la réalité urbaine impose cependant une approche renouvelée du projet, où celui-ci n’est plus envisagé « en soi », mais en lien avec un ensemble d’autres fonctions urbaines. Les infrastructures sont ici concernées au premier chef : qu’il s’agisse des infrastructures énergétiques (aqueduc, pylône, barrage), des infrastructures de protection (canal, digue, quai, fortification), des infrastructures de mobilité (gare, route, pont, tunnel) ou encore des infrastructures que l’on pourrait qualifier de symboliques (monument, skyline, repère urbain).

Si les infrastructures jouissent actuellement d’un regain d’intérêt dans la recherche et la pratique du projet urbain, c’est précisément parce qu’il apparaît nécessaire d’en renouveler l’approche. L’enjeu est désormais d’intervenir avec subtilité dans des contextes urbains ou naturels sensibles. L’identité des infrastructures de transport, en particulier, évolue. Leur inscription au sein des territoires urbains ou naturels qu’elles traversent et irriguent, se manifeste selon de nouvelles modalités spatiales et visuelles. Cette évolution de l’image et de la présence physique des infrastructures a pour conséquence de modifier, parfois radicalement, la façon dont on peut les percevoir. Les gares monumentales et autres équipements édilitaires d’autrefois cèdent le pas à des pôles d’échange composites, dont la fonction primaire, combinée avec d’autres usages urbains, ne s’exprime plus avec la même évidence. Ce phénomène résulte d’une profonde redéfinition des équilibres entre public et privé, selon des logiques concomitantes de mutualisation des potentiels, des investissements et des risques, induisant aussi de nouveaux rapports entre ouvrages lourds et besoins en rapide évolution. La prise en compte de ces différentes temporalités à toutes les phases de conception, de réalisation et d’exploitation implique une remise en question des démarches de projet traditionnelles, pour tendre vers la mise en oeuvre d’objets infrastructurels et architecturaux véritablement intégratifs.

A l’heure où les grands travaux ferroviaires et (auto)routiers n’incarnent plus la foi de toute une société dans le progrès, mais sont au contraire devenus, pour beaucoup, synonymes de coupure, de bruit, de pollution et de dégradation d’un environnement à préserver, les opérations qui intègrent une multiplicité d’activités et de services et qui interagissent de façon sensible avec leur contexte, sont susceptibles de véhiculer à nouveau des valeurs positives et, en quelque sorte, de proposer un remède à leur propre mal.

La démarche développée au cours des dernières années par le Laboratoire d’Architecture et de Mobilité Urbaine consiste à appréhender les questions de mobilité à partir de l’objet construit, et à entrer dans la thématique du lien entre infrastructure, urbanisation et paysage par le projet d’architecture. Dans la mesure où elles prennent le pari d’intégrer plutôt que de dissocier, d’entrer en relation avec le contexte plutôt que de s’en abstraire, d’innover plutôt que de reproduire des solutions standardisées, ces stratégies de projet sont productrices d’ouvrages singuliers, à l’image souvent forte et parfois mystérieuse, qui constituent toujours autant d’« objets risqués ». C’est par une telle prise de risque que passe la création de nouveaux paysages urbains, adaptés aux enjeux d’aujourd’hui.

 

Samedi 4 février, de 16h à 18h30 à l'Espace Arlaud

Conférences de trois des auteurs du livre Garo Déflagration:
Paulo David, architecte basé à Madère, lauréat de la médaille Alvar Aalto 2012, Michel Fuchs, professeur d’archéologie à l’Université de Lausanne et François Walter, professeur honoraire d’histoire à l’Université de Genève.

La conférence sera suivie par une visite commentée de l’exposition avec Vincent Mangeat, architecte et professeur à l’EPFL. Clôture et dédicaces autour d’une verrée.